jeudi, décembre 3, 2020
No menu items!

Togo: Chronique/ Yves de Fréau: Etoile Filante, 85 ans déjà ! Et des souvenirs éternels

Must Read

Nigéria : Les artistes Tiwa Savage, Don Jazzy et Yemi Alade placés en garde à vue

La police nigériane a convoqué certaines stars pour leurs prises de position publique par rapport au gouvernement...

Mali : Environ 10 soldats tués dans une embuscade au centre du pays

On annonce du côté du Mali, au moins 10 soldats maliens tués dans la nuit de jeudi...

France : Hugo Biolley élu maire à 19 ans, devient le plus jeune de l’hexagone

"Aux âmes bien nées, le bonheur n'attend point le nombre des années". Cette déclaration de Pierre Corneille...

Une finale de coupe d’Afrique des clubs champions perdue en mars 1969 (0-5 à Lumumbashi puis, 1-4 à Lomé) face au Tout Puissant Englebert (actuel Mazembe), de la RDC, un plus grand et célèbre joueur, Edmond Apéti alias Dr Kaolo, mort dans un accident de circulation, et sur sa pauvre motocyclette, à 25 ans, en juillet 1972, une dissolution décidée par le chef de l’Etat, Gnassingbé Eyadéma en 1975…l’Etoile Filante du Togo a failli ne plus jamais exister. 17 années durant, entre 1975 et 1992, elle est enterrée vivante, sous l’impulsion d’une réforme sportive « absurde ». Il a fallu une révolution politique suscitée par le « vent de l’Est » pour que le Shooting Star, renaisse de ses cendres, et s’ouvre de nouveau à la vie. Mais, les drames qui guettaient ce club refusent de le lâcher. Et l’Etoile Filante, tout en portant toujours sur elle des cicatrices d’une autre époque, se trouvera de nouveau accablée par son implacable destin : 6 nouveaux morts dans un autre accident de bus, cette fois…

Samedi 26 novembre 2011, le bus transportant la délégation de l’Etoile Filante à Sokodé pour disputer une rencontre de championnat, après près de 150 kilomètres de route, fait un tonneau. Le décompte donne le chiffre 6 composé de Charles Ballogou, ancien gardien de but devenu dirigeant ; Christophe Dagbovie, Secrétaire général ; Isidore Kouma, ancien capitaine devenu entraineur ; Kodjo Azianou, infirmier ; Jean Londa, cuisinier ; et Améyo Adabra, reporter cameraman. Inutile de préciser que beaucoup de joueurs ont été sérieusement blessés et évacués à l’hôpital, et que l’Etoile Filante n’a pu continuer la compétition. Près d’un mois après ce drame, plus précisément le jeudi 22 décembre 2011, et dans une tristesse indescriptible, les Bleus et les familles éplorées enterrèrent leurs morts sous des pleurs, bruits de klaxons, chants de sirènes et chants religieux. La tristesse était au comble.

Cette fois, cette équipe touchée au plus profond de son âme et de son  cœur par ce nouvel événement tragique, ne s’en relèvera pas. Elle est reléguée la saison suivante en deuxième division. C’est de là qu’elle lance aujourd’hui officiellement la 85e année de sa création. En 1932 donc, par le Révérend père Ligenhein, prêtre aux yeux bleus, couleur de la mer et de… l’Etoile. Il avait été surnommé Assé n‘ku (les Yeux de chat)…

Ainsi les dirigeants du Shooting Star, lancent en ce mois de décembre 2017 les festivités devant marquer la célébration, pardon, les célébrations du 85e anniversaire de leur club, lesquelles, selon le premier responsable de la section football, Maitre Wilson, s’étendront sur une année pleine. Et quel lancement encore de ce noce d’uranium !? Un match amical contre l’équipe nationale locale du Congo, les Diables Rouges. Du jamais vu dans l’histoire du football continental ! Un club de deuxième division, invitant une sélection nationale à une rencontre internationale amicale. Demain, les milliers de spectateurs qui ont assisté à cette opposition incroyablement disproportionnée, pourront témoigner. Non seulement ils parleront des belles hôtesses qui illuminaient les alentours de la tribune officielle du stade de la JCA d’Agoè, mais ils insisteront sur ce que leurs yeux ont pu voir sur l’aire de jeu. Surtout ce groupe de supporters tous habillés de bleu, humbles et infatigables serviteurs de leur club de cœur, chantant et dansant, de la première à la dernière minute du match.

Un peu avant 15h (heure du début du match), la scène est bien dressée. Les acteurs togolais tout en bleu sont venus. Les visiteurs aussi. Et donc, le spectacle s’est tenu. Ni les Diables bien en rouge ni les représentants du football togolais dans leur bleu éclatant, n’avaient laissé leur imagination à la maison. Et à part, le jeune portier Gbenyo Kodjo visiblement bleui par la présence en face de lui, des tombeurs des Léopards de la RDC en éliminatoires du CHAN, les autres –Amoussou, Yaya, Koura-Adam, Lawson, Paa-Kwesi, Hodenanou, Dogba, Perlas, Agogo, Agbobada- ont relevé le défi. Et à la fin, une petite défaite de 1 but contre 2 qui a fait dire aux internationaux congolais, Ndinga, Loussoukou, Mavouanda, Nguessi, Mboungou, Ankira, Issambet, Mampembe, Kibakila et les frères Ondongo que, « c’était un mensonge de leur faire croire que l’Etoile Filante est un club de deuxième division ». Doit-on en rire ou en pleurer ? Difficile de trancher sur cette question, sauf que, qui a connu l’Etoile Filante ou qui en connait l’histoire, en aurait forcément comme un pincement au cœur face à la remarque et l’admiration des Congolais devant la prestation des protégés de Maitre Wilson-Bahun Tété Yves.

Ce dernier, fils d’un ancien dirigeant du club (Wilson Adjékoké), et ses collaborateurs, semblent  déterminés à remettre le train de l’histoire inachevée de l’Etoile Filante, sur les rails. A travers leur disponibilité et les actes qu’ils posent jour après jour, on peut croire en leur engagement de faire revenir les temps de gloire d’une équipe sacrée championne nationale 20 fois (record absolu) et qui reste le seul club togolais à avoir disputé une finale de coupe d’Afrique des clubs champions (actuelle ligue des champions).

Et donc, loin de faire verser des larmes aux nostalgiques, il faut préciser que ces « Bleus » de la zone commerciale ont su écrire leur histoire avant l’heure. Tellement leurs prises sont impressionnantes : 4 coupes nationales : (1955, 1956, 1961, 1995) ; 3 coupes de la ville de Lomé : (1940, 1943, 1953) ; 6 fois vainqueur de la coupe du Gouverneur Montagné : (1940, 1941, 1943, 1945, 1947, 1948) ; 5 Trophées du Lieutenant Colonel Le Roux : (1945, 1947, 1951, 1952, 1953) ; Une coupe du 14 juillet en 1953 ; 2 coupes du Gouverneur Pechoux : (1954, 1957) ; Une coupe du Gouverneur Berard en 1956 ; 2 coupes Sylvanus Olympio : (1958, 1962) ; Une coupe des Sinistrés de la Côte d’Ivoire en 1958 ; Une coupe Pa Augustin de Souza en 1959 ; Une coupe interfédérale dénommée coupe de l’AOF (Afrique Occidentale Française) en 1960. L’Etoile Filante est aussi détentrice de 2 coupes internationales britanniques disputées à Kéta (Gold Coast), la première en 1940 et la seconde en 1955. Deux coupes du 13 janvier remportées en 1968  et en 2005, embellissent également la gigantesque armoire bleue. Tant de choses qui font du Shooting Star, le club le plus titré du Togo…

Voici donc 85 années que l’Etoile Filante du Togo vit au sein des familles du football national, de la sous-région et du continent. 1932-2017 : un très long parcours jalonné d’épreuves, de gloire et de prestige, de souvenirs heureux et malheureux, de joies et d’amertume. Il aura aussi, ce parcours, révélé de grands noms parmi lesquels ceux qui sont retenus par l’histoire comme étant les acteurs de la seule finale continentale des clubs champions disputée par un club togolais. Jamais donc, l’on n’oubliera le « berger » Oscar Anthony et ses « troupeaux » Tommy Sylvestre, da Sylveira Basile Adjévi, Robot II, Ananou Désiré, Azianou Tobias, Gaglo, Charles Tokplé, Clément Kpadé, Savalou, Dravie, Benjamin Ephoévi-Gah, Bruno Quadjovie, Kossi Arisco, Edmond Apéti Kaolo ! Que la mémoire de ceux d’entre eux qui ont disparu, et la grâce de ceux qui vivent encore, guident les nouveaux responsables du club, et inspirent la nouvelle génération de joueurs pour que scintille, puis file de nouveau leur « Etoile » de cœur ! Cette Etoile ayant vécu et survécu, elle mérite d’être éternelle.

- Advertisement -

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Latest News

Nigéria : Les artistes Tiwa Savage, Don Jazzy et Yemi Alade placés en garde à vue

La police nigériane a convoqué certaines stars pour leurs prises de position publique par rapport au gouvernement...

Mali : Environ 10 soldats tués dans une embuscade au centre du pays

On annonce du côté du Mali, au moins 10 soldats maliens tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans une embuscade...

France : Hugo Biolley élu maire à 19 ans, devient le plus jeune de l’hexagone

"Aux âmes bien nées, le bonheur n'attend point le nombre des années". Cette déclaration de Pierre Corneille répond bien à la vie...

France : Accusé de vol des objets religieux, un curé est placé en garde à vue

Accusé d’avoir volé des objets religieux, Francis Michel, un ancien curé de Thiberville ( Eure en France) a été placé en garde...

Covid-19 au PSG : Neymar et deux autres joueurs testés positifs

La covid-19 n'a peur ni de la grandeur du Paris Saint Germain ni de ses stars. Et voilà la star Neymar, Di...
- Advertisement -

More Articles Like This

- Advertisement -